Aller au contenu principal
05-avr-2019


BIC ORGANISE DES JOURNÉES DE PRÉVENTION POUR ALERTER LES CONSOMMATEURS SUR LES PRINCIPAUX RISQUES D’ACCIDENTS LIÉS À L’UTILISATION DE BRIQUETS NON-CONFORMES.

BIC et les briquets : expérience immersive en réalités virtuelle

Une expérience immersive en réalité virtuelle pour faire prendre conscience des risques des briquets non-conformes.

Informés du fait que plus des deux tiers1 des modèles de briquets vendus en Europe ne sont pas conformes à la norme internationale de sécurité ISO 9994, 84%2 des français sont inquiets du danger que cela représente pour eux.

 

La division Briquets de BIC lance la 1re expérience immersive en réalité virtuelle, dédiée à sensibiliser les consommateurs sur les risques d’accidents les plus fréquents liés à l’utilisation d’un briquet non-conforme, poursuivant ainsi son engagement en faveur de la protection des consommateurs en matière de sécurité des produits. L’objectif de l’opération est d’alerter les consommateurs sur les risques des briquets non-conformes aux normes de sécurité internationales qui s’appliquent en France. Ces journées de prévention sont proposées dans 3 gares : Paris Saint Lazare, les 4 et 5 avril, Bordeaux Saint Jean (11-12 avril) et Lille Flandres (25-26 avril).  

 

Les participants, munis d’un casque de réalité virtuelle sont plongés dans des scènes de la vie courante, qui leur permettent de découvrir les principaux types d’accidents liés à l’utilisation d’un briquet non-conforme. L’expérience immersive, réalisée par l’agence Passage Piéton, dure environ cinq minutes et illustre 3 types d’accidents de la vie quotidienne volontairement inspirés de la réalité et provoqués par des briquets non-conformes à la norme ISO 9994 : 

 

- Une flamme trop haute qui surprend l’utilisateur du briquet et enflamme une mèche de cheveux. En France, 61%3 des accidents survenant lors de l’utilisation d’un briquet sont liés à une hauteur de flamme excessive qui surprend l’utilisateur. 

Selon les spécifications de la norme ISO 9994, la hauteur de flamme maximum ne doit pas dépasser 5 cm pour un briquet à flamme non- ajustable.

- L’exposition prolongée à une température élevée qui entraîne l’explosion du briquet, qui dans certaines circonstances amène à la génération d’une boule de feu. En France, dans 36%3 des cas d’accidents liés à l’utilisation d’un briquet, le briquet a explosé. 

Selon la norme ISO 9994, un briquet doit résister à une température de 65°C pendant 4 heures. 

- La non-extinction ou l’extinction tardive d’un briquet qui peut déclencher un départ de feu. 32% des accidents liés à l’utilisation d’un briquet sont liés à l’extinction tardive de la flamme4
Selon les spécifications de la norme ISO 9994, un briquet doit s’éteindre en moins de 2 secondes après 10 secondes d’allumage. 
 

Ces trois scenarii d’accidents font partie des accidents les plus courants occasionnés par des briquets non-conformes. En effet, les exigences de la norme de sécurité ISO 9994 couvrent les causes de 75%4 des accidents avec un briquet. 
 
À travers ces journées de sensibilisation, BIC poursuit son action d’information et de sensibilisation aux normes de sécurité qui régissent le marché des briquets, trop souvent non respectées ; et engage les consommateurs à être vigilants.
 

 
Décalage entre la perception de la conformité des briquets et la réalité du marché :


Les briquets sont à l’origine d’environ 30 000 accidents graves5 par an en Europe, représentant un coût sociétal évalué à un milliard d’euros par an5 au minimum. Une étude Ipsos réalisée en Décembre 2018 révèle le décalage entre la perception d’une sécurité des briquets et la réalité de ce marché : les personnes interrogées pensent que quasiment 1 produit sur 2 est contrôlé (48%), alors que les contrôles de sécurité ne concernent que 0,01% des produits importés6.
 
Mieux informées, les personnes interrogées jugent la situation inacceptable et avouent leur surprise et leur inquiétude7

- Si les Français ont conscience que tous les briquets vendus en France ne respectent pas les normes de sécurité8 ; ils se sentent globalement plutôt en sécurité avec les briquets qu’ils ont achetés (66%). Ils avouent donc leur surprise (60%) et se déclarent inquiets (84%) quand on les informe de la réalité du marché.

- 77% ne se sentent pas suffisamment protégés contre ces produits à risque.

- Et l’inquiétude grandit encore quand ils découvrent que certains modèles de briquets, retirés du marché dans d’autres pays européens, sont toujours disponibles en France (86%). Lorsqu’elles sont clairement informées, 80% des personnes interrogées jugent inacceptable la situation du marché des briquets. Les acheteurs de briquets se disent prêts à changer de comportement, d’abord en étant plus attentifs aux modèles de briquets achetés (93%), mais également en partageant l’information avec leur entourage (89%) ou sur les réseaux sociaux (60%), certains se déclarant même prêts à porter plainte auprès des autorités/associations de consommateurs (49%). 
 
Les journées de prévention s’inscrivent dans un engagement de longue date de BIC pour un marché des briquets plus sûr. Une campagne publicitaire de sensibilisation, diffusée en France entre le 21 janvier et le 17 février 2019 a d’ailleurs été appréciée par les Français : 72% des personnes interrogées considèrent que la campagne apporte une information importante[6] et 77% considèrent que cela favorise la prise de conscience des dangers liés à un briquet9
 

Annexes 

Normes de sécurité en vigueur :

- La norme internationale de sécurité ISO 9994, créée en 1989, est la norme de sécurité de base. Elle définit les exigences de sécurité de base de tout briquet notamment la hauteur maximale de flamme, la résistance aux chutes, aux températures élevées, la résistance à la pression interne et à la combustion continue, …

- La norme EN 13869, dite norme « sécurité-enfants » qui, en Europe, englobe la norme ISO 9994, impose que tous les briquets de poche vendus en Europe disposent d’une sécurité-enfants efficace durant toute la vie du briquet. Un briquet “sécurité-enfants” est un briquet dont l’allumage a été rendu délibérément plus difficile pour un enfant de moins de 51 mois.

- Le 18 octobre 2018, BIC a déposé plainte auprès de la Commission Européenne contre la France et l’Allemagne pour défaut de surveillance de la conformité des briquets.
 

 

 

1 Source : PROSAFE 2010 (Product Safety Enforcement Forum of Europe) et tests ultérieurs de laboratoires indépendants accrédités

2 Source : Étude Ipsos menée en décembre 2018
3 Source : Etudes BIC réalisées par un prestataire extérieur en 2017 

4 Source : Etudes BIC réalisées par un prestataire extérieur en 2017

5 Sources : Commission Européenne – chiffres retraités sur le nombre total d’accidents, et Études Accidents réalisées par BIC en 2017 – chiffres retraités sur la population adulte Européenne

6 Source : Campagne CGT douanes

7 Étude Ipsos menée en décembre 2018

8 Moins d’un quart des français (23%) pensent que la majorité des briquets sont conformes (que plus de 80% des briquets respectent les normes de sécurité) selon l’étude Ipsos de décembre 2018

9 Post-test Ipsos réalisé auprès de 400 personnes